Cabinet d’Ostéopathie Biodynamique
Ostéopathe à Joinville-le-Pont
Cabinet d’Ostéopathie Biodynamique
Ostéopathe à Joinville-le-Pont
 
66 rue de Paris, 94340 Joinville-le-Pont
 
Disponible aujourd'hui de 9h à 13h et de 14h à 20h
 
01 84 14 36 72

Ostéopathe biodynamique à Joinville-le-Pont

L'ostéopathie, une médecine manuelle holistique

L'ostéopathie en général est une thérapie manuelle qui vise à restaurer et renforcer la Santé en libérant les restrictions de mobilité et tensions au niveau de toutes les structures du corps humain (articulations, viscères, tissus, muscles, fascia...) afin de rétablir les fonctions naturelles de l'organisme. C'est là un des principes fondamentaux de l'Ostéopathie que d'affirmer l'inter-relation de la structure et de la fonction. Un autre principe fondamental est de reconnaitre les capacités d'auto-régulation et d'auto-guérison de l'organisme. Ces capacités inhérentes seront appréhendées différemment selon les différentes approches ostéopathiques, qu'elles soient structurelle, fonctionnelle, tissulaire ou biodynamique. A ces deux principes fondamentaux peuvent s'en rajouter deux autres que sont le principe de globalité de l'organisme ou holisme et le principe de l'artère dite nourricière. Ces deux principes nous enseignent que la Santé se révèle dans l'unité et l'entièreté de l'organisme et qu'à contrario, le morcellement, la division de cette entièreté est lésionnel. En effet, toute partie de l'organisme qui se coupe de l'entièreté, qui n'est plus en relation d'échange et de communication avec cette entièreté, n'est plus nourrie correctement (loi de l'artère) et constituera par conséquent une lésion ostéopathique pouvant s'exprimer par le symptôme et la maladie. 

L'approche thérapeutique la plus répandue aujourd'hui est sans doute l'approche structurelle. Celle-ci propose d'appliquer des techniques de manipulation de façon directe sur les différentes lésions de restrictions de mobilité selon différents paramètres  comme la haute vélocité-basse amplitude (manipulation souvent accompagnée d'un craquement articulaire), l'énergie musculaire (utilise la contraction musculaire comme vecteur de correction), la mobilisation articulaire et tissulaire...

Au sein de cette approche, les forces inhérentes à l'organisme ne seront sollicitées qu'à posteriori et quasiment pas pendant la séance, celle-ci se déroulant selon un rapport presqu'exclusivement mécanique.

Les approches thérapeutiques fonctionnelle et tissulaire utilisent pour partie la force d'un opérateur extérieur et pour autre partie les forces inhérentes à l'organisme.

Enfin, l'approche biodynamique n'utilise aucune force, aucune technique provenant d'un opérateur extérieur, mais collabore entièrement avec les lois naturelles du Vivant et de la Santé. 

L'approche biodynamique de l'Ostéopathie

L'ostéopathie biodynamique résulte des travaux de recherches et de l'enseignement dispensés par un ostéopathe Américain, le Dr James Jealous qui s'est éteint en 2021.

Cet enseignement constitue une actualisation vivante et dynamique de la science de l'ostéopathie dont les principes ont été définis par son fondateur, le Dr Andrew Taylor Still, l'un de ses principaux élèves, père de l'ostéopathie crânienne, William Garner Sutherland ou encore Rollin Becker DO.

Le terme "biodynamique" fut utilisé en médecine par le Dr Erich Blechschmidt qui passa plusieurs décennies de sa vie à effectuer des recherches approfondies en embryologie humaine. Le choix de qualifier cette ostéopathie de biodynamique découle du fait que tant WG Sutherland qu'Erick Blechschmidt ont décrit les mêmes principes innés impliqués dans notre création, notre croissance et notre guérison. Les deux hommes ont en effet produit un travail colossal afin de révéler les mouvements de la Vie. L'un étudiant les forces de croissance et de développement de l'embryon et l'autre travaillant avec les forces de guérison à travers la transmutation. Et ces forces qui se révèlent être les mêmes, sous-tendent des processus similaires dans l'activité interne dite des "champs fluidiques métaboliques".

Pour mieux comprendre cette vision commune, imaginons l'embryon tel un sac fluidique. Ce fluide est animé de mouvement par des forces innées dites biodynamiques ou force de Vie. Ces fluides dans leur mouvement vont décrire des formes. Ces formes sont celles des différentes structures de l'organisme ou en d'autres termes, l'anatomie. Ainsi, cette vision offre une compréhension ternaire et dynamique de l'organisme au travers des tissus, fluides et puissance vitale (potency). Ces trois éléments existent simultanément et ce tout au long de la vie, de l'embryogénèse à notre dernier souffle. Les fluides animés par la puissance vitale ont donc en premier lieu un rôle de génèse de la forme, mais aussi un rôle de soutien, de protection, de restauration et de régénération.

La pratique de l’ostéopathie biodynamique peut se révéler quelque peu déroutante au premier abord surtout lorsque l'on est habitué à recevoir des traitements tissulaire, fonctionnel voire structurel, avec ses manipulations vertébrales. D’aucuns pensent à du magnétisme, à une transmission d’énergie !  Mais il n’en est évidemment rien…

Je souhaite donc aborder avec vous quelques fondamentaux et des principes de cette ostéopathie assez peu connue, qui a pourtant été initiée il y a près d’un siècle par les grands maîtres de l’ostéopathie « classique », touchés par une sorte d’évidence.

Au cœur du concept biodynamique, deux principes majeurs :

  • Une Intelligence s’exprime à travers tout le corps vivant. On l’appelle ici le « le Souffle de Vie ». C’est le principe fondamental qui anime.
  • L’ensemble du corps est le lieu d’un mouvement rythmique : la Respiration Primaire, puissante, omniprésente, nous l’appelons « la Marée »  Primaire, car première, originelle, antérieure à la respiration pulmonaire et déjà  présente au niveau de l’embryon dans le ventre maternel.

Par ailleurs, l’observation du vivant rend lumineux le fait que deux mécanismes l’animent :

Le Volontaire : il est sous la dépendance du système nerveux central. Ce sont toutes nos fonctions, cardiaque, digestives… nos mouvements, nos pensées, nos sens, notre respiration pulmonaire…

 - L’Involontaire : originel, fondamental, ce qui anime et soutient par l’intérieur toutes les fonctions précédemment citées. Ce mécanisme involontaire est sans commande extérieure et identique partout dans le corps au même moment.

Le mécanisme volontaire a besoin de l’involontaire pour fonctionner. Imaginez-vous faire  fonctionner quelque chose qui ne serait pas vivant ? Ce mécanisme involontaire, c’est ce que l’on appelle les forces vitales de santé, de guérison et la respiration primaire en est l’expression, la manifestation au sein du corps vivant. Il en est le principe animateur.

La respiration primaire, manifestation du « souffle de vie », fluctue  délicatement, subtilement, comme un mouvement de marée (beaucoup plus lent et très distinct de la respiration pulmonaire) avec un flux et un reflux selon un rythme stable et régulier (il existe plusieurs tempos à cette Marée). Elle est générée à partir de la ligne médiane du corps (ligne bioélectrique à partir de laquelle se forme l’embryon) et se distribue dans tout le corps uniformément, comme un champ électromagnétique fluctuant.

Alors, que fait-on en biodynamique, comment utilise-t-on tout cela ?

Dans le travail biodynamique, on s’intéresse surtout  au principe qui anime, c’est-à-dire au mécanisme involontaire, aux forces vitales. Si tout cela fonctionne bien, le reste ira bien : si la santé est là, bien pulsante et dynamique, l’organisme ira bien. Car la santé, ce n’est pas de n’être jamais malade, c’est la capacité que possède l’organisme à retrouver son équilibre rapidement.  Et cela dépend de nos forces vitales.

 

 

En pratique, ça donne quoi ?

Le thérapeute se sert du pouvoir de la Respiration Primaire, de la Marée, dont il permet la mise en action pour traiter le patient dans sa totalité, de façon à ce que toutes les fonctions de l’organisme soient restaurées en profondeur.

C’est la présence et la synchronisation du praticien avec la respiration primaire qui va donner de la puissance au traitement. Bien sûr, cela demande des connaissances anatomiques et physiologiques, ainsi qu’un entrainement sensoriel long et assidu pour percevoir et sentir ces mouvements subtils ainsi que tout le processus thérapeutique engendré par la respiration primaire.

Lors d’une séance :

  • Le praticien amène, par son toucher, le patient dans un état de calme, de Neutre. Cet état va permettre au praticien entraîné de percevoir l’émergence de ces rythmes délicats et puissants qui traversent tous les tissus du corps (phase d’expansion et de rétraction de la Marée) et de sentir les zones de ralentissements ou de blocage.

 

  • Ensuite, il place ses mains sur une région en souffrance ou sur n’importe quelle région clé qu’il aura choisie, désignée par ses perceptions et il applique une pression modérée. C’est un contact silencieux, certes, mais alerte, vivant et réceptif.  Il établit ainsi un point d’appui en contact avec la physiologie du patient.

 

  • Á partir de là, les mains du praticien se synchronisent avec le mouvement présent dans les tissus sous ses mains. Elles s’abandonnent, se laissent guider par les tissus. Plusieurs périodes de mouvement et de calme vont se succéder. C’est l’activité thérapeutique de la respiration primaire qui est aux commandes. Le praticien est présent et attentif, suit ce qui se passe, sert de point d’appui au processus aussi bien au niveau local (sous ses mains) qu’au niveau global dans tout l’organisme. Le praticien poursuit son traitement en utilisant autant de points clés qu’il lui semble nécessaire pour la séance en cours. Le but  du traitement est de stimuler la physiologie de l’organisme.

L'origine de la douleur n'est pas toujours évidente

Une douleur de dos par exemple, peut provenir d'une vieille entorse qui n'a pas été soignée. Le corps essayant de s'adapter pour réduire les contraintes et la douleur, celui-ci finit par créer des dysfonctionnements à différents endroits (genou, dos...). Malheureusement, un jour le corps n'arrive plus s'adapter et une douleur dorsale se met en place. C'est la raison pour laquelle il est important de traiter l'entorse afin que la douleur au niveau du dos ne revienne pas. Ainsi un ostéopathe ne se concentre pas uniquement sur la zone de douleur mais également sur la source de celle-ci.

Aucun partenaire à afficher

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Osteo2ls

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.